Question écrite n° 07394 de M. Alain Dufaut (Vaucluse – UMP) publiée dans le JO Sénat du 11/07/2013 – page 2044

Rappelle la question 00847

M. Alain Dufaut rappelle à M. le ministre de l’intérieur les termes de sa question n°00847 posée le 19/07/2012 sous le titre :  » Armes factices « , qui n’a pas obtenu de réponse à ce jour.

Réponse du Ministère de l’intérieur

publiée dans le JO Sénat du 13/03/2014 – page 704

En application de l’article 1er du décret n° 2013-700 du 30 juillet 2013 modifié portant application de la loi n° 2012-304 du 6 mars 2012 relative à l’établissement d’un contrôle des armes moderne, simplifié et préventif, les objets ayant l’apparence d’une arme à feu et qui lancent des projectiles du type billes en plastique avec une puissance inférieure ou égale à 2 joules ne sont pas des armes. Leur commerce est réglementé par le décret n° 99-240 du 24 mars 1999 relatif aux conditions de commercialisation de certains objets ayant l’apparence d’une arme à feu, lorsque leur puissance est supérieure à 0,08 joule, en raison des accidents qu’ils peuvent provoquer. C’est ainsi que leur cession à des mineurs, à titre gratuit ou onéreux et sous quelque forme que ce soit, offre, vente, distribution, prêt, est interdite. La violation de cette interdiction, par une personne physique ou une personne morale, est punie d’une amende prévue pour les contraventions de 5e classe. Par ailleurs, compte tenu des méprises que peut susciter l’usage de ces objets, les préfets ont la possibilité d’interdire, par arrêté pris dans le cadre de leurs pouvoirs de police générale de l’article L. 2215-1 du code général des collectivités territoriales, le port et le transport de ces objets dans les lieux publics, et notamment sur les voies publiques, dans les transports publics, dans les établissements scolaires et leurs abords et dans les parcs et les jardins publics ou ouverts au public, en tenant compte des circonstances locales. Enfin, le code pénal assimile, en son article 132-75, l’arme factice à une arme par destination. En effet, l’article 132-75 précise que « tout objet susceptible de présenter un danger pour les personnes est assimilé à une arme dès lors qu’il est utilisé pour tuer, blesser ou menacer ou qu’il est destiné, par celui qui en est porteur, à tuer, blesser ou menacer ». De plus « Est assimilé à une arme tout objet qui, présentant avec l’arme définie au premier alinéa une ressemblance de nature à créer une confusion, est utilisé pour menacer de tuer ou de blesser ou est destiné, par celui qui en est porteur, à menacer de tuer ou de blesser. ». Par ailleurs, le fait de menacer une personne avec une arme factice, ayant effectivement l’apparence d’une arme, suffit à lui causer une frayeur qui caractérise déjà le délit de violence avec port d’arme. Ainsi, la réglementation tient compte des dangers liés à l’utilisation d’armes factices.

Sources: Sénat.fr

Rédacteur et Chef de projets 2017-2018 Fédération Française d'Airsoft
FFA membre permament de la fédération Européenne dAirsoft

Effectuer un don

Donation

Informations personnelles

Termes

Total du don : 10,00€

La FFA sur Twitter

Enseignes Partenaires

Infos de nos partenaires

  • Ecussons personnalisés PVC, brodés, sublimés
    le 12 août 2020 à 17:05

    Besoin d'écussons de qualité pour votre association ? Boutique Extreme vous propose des écussons PVC (relief), brodés ou sublimés (impression).Nous vous accompagnerons dans la création de vos écussons. Ne négligez plus la […]

  • Les répliques sont là !
    le 31 juillet 2020 à 16:53

    Répondant à une demande de ses amis clients, Boutique Extreme vous propose désormais une sélection de répliques CO2, spring, AEG sur son site internet et en boutique.Bonne nouvelle, la remise partenariat de la Fédération Française […]

  • Créez votre textile performant
    le 20 mars 2020 à 17:40

    A l'occasion de l'ouverture de notre nouveau site tactical-box.com , nous offrons exclusivement aux membres FFA, 20% de remise (aux 100 premieres commandes uniquement / offre jusqu'au 1er avril 2020). CODE PROMO: FFAIRSOFT […]